Recherchez une formation :

La place du Master dans la réforme LMD

Categorie : Legislatif

En 2004 paraissaient les textes fondateurs de la réforme LMD, dont l'objectif était d'uniformiser et simplifier les cursus d'enseignement supérieur. Certains diplômes tels le DEUG, la maîtrise, le DESS ou le DEA ont alors été supprimés et d'autres les ont remplacés : la Licence, le Master et le Doctorat, d'où le nom de la réforme : LMD. Cette initiative a permis l'internationalisation des études, ces trois diplômes étant calqués sur ceux déjà existants en Europe. De plus la réforme LMD a instauré l'organisation des enseignements en semestres et unités d’enseignement ainsi que les crédits européens.

Histoire du Master

Avant d'aborder le Master, une petite rétrospective s'impose. Le grade de « mastaire » est né en 1999 et était attribué aux étudiants titulaires d'un diplôme d'études supérieures spécialisées, d’un diplôme d’ingénieur ou d’un diplôme d'études approfondies. A partir de 2001, certaines écoles de commerce furent habilitées à le délivrer. C'est en 2002 que le mastaire devient le Master, avec la réforme LMD. Le système éducatif français le désigne comme étant « un diplôme national et un grade de l’enseignement supérieur, validant un deuxième cycle de l’enseignement supérieur soit cinq années d’études après le baccalauréat. ».

Le Master dans le détail

Un Master s'intègre après un Bac+3 et dure deux ans (ou quatre semestres). Le cursus valide 120 crédits et lorsque la première année est validée, les étudiants reçoivent le diplôme national de Maîtrise. Deux voies sont possibles : recherche et professionnelle. Certains Master proposent d'effectuer la deuxième année en alternance, facilitant l'acquisition des compétences, d'une certaine expérience et l'entrée sur le marché du travail, une fois diplômé. Les Masters dits « classiques » prévoient une à plusieurs périodes de stage. Ils sont délivrés uniquement par les établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP). L'admission en M1 (première année de Master) nécessite uniquement un diplôme validée niveau Bac+3. Il n'y a pas de test d'admission, ou d'entretien. Pour certains Masters, en deuxième année le nombre d'étudiants dépasse très souvent la possibilité d'accueil. En réaction à cela, un décret a été publié en mai 2016, autorisant certains établissements à réaliser une sélection à l'entrée pour certains Masters 2.

Date : 18/11/2016
  • Partager
Découvrez aussi :
Retour en haut